Médicaments contre l'obésité : les limites

Sommaire

L'obésité est un problème de santé publique important dans de nombreux pays. Elle a des conséquences très lourdes pour la santé :

  • diabète ;
  • maladies cardiovasculaires ;
  • réduction de l'espérance de vie, etc.

À noter : d'ici à 2025, les estimations prédisent que l'obésité affectera la moitié des hommes et un tiers des femmes. Aujourd'hui, déjà 1 Français sur 2 est en surpoids (surpoids et obésité confondus).

Des études récentes mettent en évidence les limites des médicaments anti-obésité. En effet, ceux-ci ne traitent que les conséquences biologiques de l'obésité et non pas les causes psychologiques qui en sont à l'origine. Or, les comportements des personnes obèses face à la nourriture sont complexes.

Fonctionnement des médicaments anti-obésité

Les médicaments anti-obésité peuvent fonctionner de différentes façons :

  • en coupant l'appétit ;
  • en modifiant le métabolisme ;
  • en inhibant l'absorption des calories.

Bon à savoir : une grande part des médicaments contre l'obésité sont pointés du doigt pour leur dangerosité. Les deux principaux (Sibutramine et Rimonabant) ont d'ailleurs été retirés des ventes.

Causes de l'obésité : un mélange de facteurs

Il existe des motivations émotionnelles et comportementales à l'origine de l'obésité. Les personnes obèses ont un désir plus élevé que la moyenne de manger, et ont généralement un mode de vie trop sédentaire.

Elles ont également tendance à  :

  • privilégier les aliments très gras et très sucrés ;
  • manger rapidement ;
  • prendre des portions plus importantes que la plupart des individus.

Pour autant, elles ont tendance à se sentir moins rassasiées après avoir mangé, parce que les aliments trop riches ont un impact réduit sur les signaux de l'hormone gastro-intestinale qui aide à favoriser le sentiment de satiété.

De plus, l'industrie agro-alimentaire fait fortement appel à la gourmandise et aux plaisirs de la table dans ses publicités et sa communication. Les personnes obèses sont généralement plus sensibles à ces stimuli et ont plus de mal à les contrôler.

Vers de nouveaux médicaments plus adaptés

Selon certains chercheurs, il conviendrait de mettre en place de nouveaux médicaments, plus complets et plus adaptés qui prendraient en compte ces facteurs psychologiques liés à l’obésité. Le but serait d'identifier des médicaments capables d'agir spécifiquement sur :

  • le désir de manger ;
  • le plaisir de manger ;
  • la satiété ;
  • la satisfaction.

Les recherches ont beaucoup avancé sur les systèmes neurochimiques qui gouvernent les processus comme le désir ou le plaisir liés à la nourriture, et pourraient être exploitées afin de créer des médicaments plus adaptés.

Des médicaments réalisés spécifiquement pour réguler ces processus pourraient aider à  :

  • améliorer l'expérience difficile que constitue le régime ;
  • améliorer la capacité d'un individu à contrôler son poids plus facilement, au-delà de son seul appétit.

Aujourd'hui, nous en savons encore peu sur les effets comportementaux des médicaments anti-obésité en développement. Nous ne savons donc pas s'ils peuvent traiter les causes de l'obésité et non plus seulement les conséquences.

Bon à savoir : le dispositif « Mission : retrouve ton cap » est destiné à améliorer la prise en charge des enfants en surpoids et à risque d’obésité âgés de 3 à 12 ans. Un médecin suit l’enfant et propose à sa famille des mesures d’accompagnement personnalisées et pluridisciplinaires. Le parcours comprend un bilan d’activité physique et des séances de suivi diététique et psychologique. Ce dispositif est proposé par l'Assurance Maladie.

Pour plus d'informations  :

Ces pros peuvent vous aider