Vaccin contre la méningite

Sommaire

Les méningocoques sont des bactéries du genre Neisseria pouvant être présentes dans l'arrière-gorge de personnes en bonne santé (porteurs sains). Dans certaines circonstances, elles deviennent pathogènes et provoquent de graves infections, comme des méningites aiguës ou des septicémies, difficiles à soigner et parfois mortelles.

Ces bactéries sont responsables d'épidémies touchant particulièrement les jeunes enfants (0 à 4 ans) et les grands adolescents (15 à 19 ans). Des vaccins contre les méningites à méningocoques sont disponibles pour prévenir le risque d’infection et de propagation de ces maladies. Quels sont ces vaccins et quand sont-ils indiqués ? On vous en dit plus dans notre article.

Méningite : différents vaccins contre les méningocoques 

Il existe 12 sérogroupes connus de la bactérie méningocoque (Neisseria meningitidis). Les sérogroupes A, B, C, Y et W sont à l’origine de 99 % des cas d’infections invasives rencontrées dans différentes zones géographiques : 

  • Des épidémies importantes à méningocoques A et W frappent principalement des régions africaines subsahariennes et asiatiques (toutefois, en 2022, 20,4 % de cas déclarés en France étaient liés au sérogroupe W).
  • Des cas sporadiques et de petites épidémies dus aux méningocoques B (dont 4 souches de référence : Neisseria meningitidis 44/76-SL, 5/99, NZ98/254, M10713) et C prédominent en Amérique et en Europe. La maladie liée aux méningocoques B est rare : taux de déclaration (en 2022) de 0,48/100 000 habitants sur l’ensemble des tranches d’âge mais de 6,32/100 000 habitants chez les nourrissons de moins d’un an.
  • Le sérogroupe Y s’est implanté de façon endémique en Amérique du Nord, États-Unis et Canada (mais en 2022, en France, 24,5 % des 323 cas notifiés étaient liés au sérogroupe Y).
  • D'autres sérogroupes rares restent minoritaires dans le monde entier.

Durant les 30 dernières années, des chercheurs scientifiques ont réussi à mettre au point des vaccins préventifs efficaces, spécifiques de ces sérogroupes, mais aucun vaccin ne protège contre tous les méningocoques.

Les vaccins disponibles sont :

  • des vaccins monovalents contre le méningocoque B ou C ;
  • des vaccins bivalents contre les méningocoques A et C ;
  • des vaccins tétravalents contre les méningocoques A, C, W et Y.

Vaccins contre la méningite disponibles en France

Les professionnels habilités à pratiquer le vaccin contre la méningite sont :

  • les médecins, y compris les généralistes ;
  • les infirmiers pour les personnes de 16 ans et plus pour lesquelles cette vaccination est recommandée dans le calendrier des vaccinations en vigueur, depuis le 24 avril 2022 sans prescription médicale préalable de l'acte d'injection (décret n° 2022-610 du 21 avril 2022) et sur prescription chez les enfants à partir de la naissance ;
  • les sages-femmes, qui peuvent prescrire et administrer le vaccin aux femmes pour lesquelles il est recommandé, à tous les enfants et adolescents (de la naissance jusqu’à 15 ans inclus), et aux personnes de l'entourage de l'enfant ou de la femme enceinte pour lesquelles il est recommandé (décret n° 622-611 du 21 avril 2022 et arrêté du 12 août 2022 modifiant l'arrêté du 1er mars 2022 fixant la liste des vaccinations que les sages-femmes sont autorisées à prescrire et à pratiquer) ;
  • les pharmaciens (sur présentation d'une ordonnance), pour les personnes de 16 ans et plus pour lesquelles cette vaccination est recommandée dans le calendrier des vaccinations en vigueur (loi n° 2018-1203 du 22 décembre 2018 de financement de la sécurité sociale pour 2019).

À noter : en pharmacie, l'injection coûte 7,50 € si vous disposez d’une prescription (prix légèrement plus élevé dans les départements et collectivités d’outre-mer), ces honoraires étant pris en charge par l'Assurance maladie.

Caractéristiques des vaccins méningococciques

Les vaccins méningococciques sont préparés à partir d’antigènes polyosidiques, présents sur la capsule des bactéries et spécifiques de chaque sérotype de méningocoque. Ils peuvent être conjugués, c'est-à-dire associés à une protéine qui renforce leur pouvoir protecteur.

Ils se présentent, sous forme de solution prête à l'emploi ou en poudre à diluer, dans une seringue préremplie de 0,5 ml de suspension injectable, à conserver entre 2 et 8 °C.

Ils sont vendus en pharmacie, uniquement sur ordonnance médicale, et sont en partie remboursés par l'assurance maladie dans le cadre de la vaccination obligatoire et pour les personnes à risque élevé d'infection.

Généralement, une seule dose injectée par voie intramusculaire est nécessaire pour obtenir une immunité effective environ 10 jours après l’injection. La durée de protection est d'au moins 3 ans, mais elle est plus courte pour les enfants vaccinés avant 24 mois.

À noter : ces vaccins sont déconseillés pendant l'allaitement mais, en raison de la gravité de la maladie, ils peuvent dans certains cas être administrés pendant la grossesse.

Recommandations liées à la vaccination contre le méningocoque C

Depuis 2010, le vaccin méningocoque C est entré dans le calendrier officiel des vaccinations.

Le Haut Conseil de la santé publique a estimé que la couverture vaccinale contre le méningocoque C était insuffisante chez les enfants, adolescents et adultes jeune. Ainsi, pour obtenir une couverture vaccinale élevée, le calendrier des vaccinations 2018 abaisse transitoirement l'âge de la primo-vaccination à l'âge de 5 mois (vaccin Neisvac®25) avec une 2e injection de rappel à l'âge de 12 mois (si possible avec le même vaccin, cette dose pouvant être co-administrée avec le vaccin rougeole oreillons rubéole).

Par ailleurs, le vaccin contre le méningocoque C est obligatoire pour les bébés. Un rattrapage avec une seule dose est possible dès 16-18 mois et jusqu'à l'âge de 24 ans.

Aucune sanction n'est prévue pour les parents d'un enfant non-vacciné, mais celui-ci ne sera pas admis en collectivité (crèche, école, garderie, etc.). Le maintien de l'enfant en collectivité est en effet subordonné à la justification chaque année de la réalisation des vaccinations obligatoires (décret n° 2019-137 du 26 février 2019, venu compléter l'article R. 3111-8 du Code de la santé publique). De plus, le non-respect des obligations vaccinales par les parents est un motif de démission légitime pour les assistants maternels, c’est-à-dire ouvrant droit aux allocations chômage (décret n° 2019-797 du 26 juillet 2019).

À noter : ces vaccinations sont entièrement remboursées par la Sécurité sociale.

Bon à savoir : le décret n° 2019-112 du 18 février 2019 élargit les missions des services universitaires de médecine préventive et de promotion de la santé. Ces services peuvent désormais assurer la prescription et la réalisation de vaccinations dans le respect du calendrier des vaccinations en vigueur (article D. 714-21 du Code de l'éducation).

Vaccin contre le méningocoque C

Le vaccin méningocoque C est aussi recommandé pour :

  • les sujets, non vaccinés, au contact d'un cas d'infection invasive à méningocoque C, en complément d'un traitement médical ;
  • toutes les personnes âgées de 12 mois à 24 ans révolus n’ayant pas reçu de primovaccination antérieure ;
  • les personnes de plus de 25 ans qui fréquentent les lieux de convivialité ou de rencontres gays.

Vaccin contre le méningocoque B

Le vaccin méningocoque B (Bexsero®), commercialisé depuis 2013, est recommandé pour les sujets à risque d'infection élevé dû à leur état de santé, à leur profession ou à une situation de cas groupés d'infection liée au sérogroupe B.

Depuis 2022, la vaccination contre les infections invasives à méningocoques de sérogroupe B est recommandée chez l'ensemble des nourrissons dès l'âge de 2 mois et avant l'âge de 2 ans : 1ère dose à l'âge de 3 mois, 2e dose à 5 mois et dose de rappel à 12 mois. Elle est également recommandée pour l'entourage familial des personnes à risque élevé d'infections à méningocoques.

Le rapport coût-bénéfice est « très élevé », du fait de la faible incidence des IIM B souligne la HAS. Ce vaccin est désormais remboursé chez les nourrissons (prix public : 83,70 € hors honoraires de dispensation).

Chez les nourrissons et les enfants (2 mois à 10 ans), une dose de rappel est nécessaire pour prolonger la séroprotection contre la souche M10713 au-delà de 6 mois, mais elle ne permet pas d’obtenir une réponse optimale contre la souche NZ98/254. Concrètement, la vaccination est initiée entre 2 et 5 mois avec deux doses de 0,5 ml chacune, en respectant un intervalle minimal d'un mois entre chaque et une dose de rappel entre 12 et 15 mois en respectant un délai d’au moins six mois (source : calendrier vaccinal 2020).

Chez les adolescents (11 à 17 ans), il semble que la primovaccination permette d’obtenir une immunité prolongée à 6 mois.

Bon à savoir : le Trumenba® est également un vaccin contre les infections invasives à méningocoque du groupe B à avoir obtenu une AMM (autorisation de mise sur le marché) il est recommandé chez les enfants de plus de 10 ans.

Vaccins à plusieurs valences

Un vaccin bivalent non conjugué, dirigé contre les méningocoques A et C (Vaccin méningococcique A+C polyosidique) est utilisé dans des indications très restreintes comme la protection des enfants de 6 à 11 mois contre le méningocoque A.

Les vaccins tétravalents contre les souches A, C, W et Y (Nimenrix®, Menveo® et MenQuadfi®) sont utilisés en cas de risque lié à une fragilité (sujet immunodéprimé) ou à une exposition (voyage dans un pays exposé – Afrique subsaharienne – et à certaines périodes de l'année – saison sèche – en cas de contact étroit et prolongé avec la population locale), ainsi que chez les personnels des laboratoires de recherche travaillant spécifiquement sur le méningocoque. Ils peuvent dorénavant être prescrits dès l’âge de 6 semaines (12 mois pour le MenQuadfi®).

Cas particulier : la vaccination contre les sérogroupes A, C, W et Y est obligatoire pour les pèlerins se rendant à La Mecque. Elle doit être réalisée au moins 10 jours avant le départ afin de pouvoir obtenir un visa et elle doit pour cela être attestée par un certificat international de vaccination sur lequel doit être collée l’étiquette du vaccin indiquant son nom et le numéro de lot. La durée de validité administrative de cette vaccination est de 5 ans à condition d’indiquer sur le certificat qu’il s’agit bien du vaccin conjugué (« conjugate tetravalent meningoccal vaccine »). En l’absence de cette indication, sa validité est de 3 ans.

Source : Santé publique France. BEH hors-série - Recommandations sanitaires pour les voyageurs, 2022.

Effets secondaires du vaccin contre la méningite

Après la vaccination, les effets secondaires des vaccins méningocoques sont généralement bénins et transitoires. Les plus fréquents sont :

  • des réactions au site d'injection (rougeur, œdème, sensibilité et douleur) ;
  • de la diarrhée, des vomissements, de la fièvre modérée et une irritabilité chez les nourrissons et les jeunes enfants ;
  • des céphalées et des nausées chez les enfants et les adolescents ;
  • des nausées et des douleurs musculaires ou articulaires chez les adultes.

Ces effets peuvent être atténués par la prise de paracétamol.

Bon à savoir : il existe aussi des vaccins contre les méningites dues à d'autres bactéries comme le pneumocoque ou l'Haemophilus influenzae. Ces vaccins font également partie de la vaccination rendue obligatoire au 1er janvier 2018.

Ces pros peuvent vous aider