Antibiotique et alcool

Sommaire

La consommation d'alcool a des effets néfastes sur l'organisme. En plus de ses propres effets, l'alcool associé à un traitement médicamenteux, peut interagir avec les molécules actives du médicament ou intensifier leurs effets secondaires. C'est le cas de nombreux médicaments, dont les antibiotiques.

Connaissez-vous les interactions et les effets indésirables que peut provoquer l'association de l'alcool avec les antibiotiques ? Le point dans notre article.

Antibiotique et alcool : les interactions des molécules

Plusieurs interactions peuvent se produire. Elles sont-décrites ci-dessous.

L'effet antabuse

La notice de certains antibiotiques vous informe clairement de leur contre-indication avec la consommation d'alcool. Ces antibiotiques interagissent avec les molécules de l'alcool (éthanol).

L'éthanol est dégradé au niveau du foie en acétaldéhyde (éthanal) puis en acide acétique qui permet son élimination. Quand le médicament associé à l'alcool bloque cette dégradation, l'acétaldéhyde qui est toxique, s'accumule dans le sang et provoque un effet secondaire important appelé « effet antabuse ».

L'effet antabuse se manifeste par différents symptômes :

  • une baisse de la tension artérielle ;
  • des palpitations cardiaques (tachycardie) ;
  • une difficulté à respirer ;
  • des maux de tête ;
  • une augmentation de la transpiration ;
  • des nausées et des vomissements ;
  • une rougeur (flush) et une sensation de chaleur au visage.

Ces symptômes sont plus ou moins marqués selon la quantité d'alcool absorbée et varient en fonction des sujets.

Bon à savoir : l'effet antabuse se déclare rapidement, il peut durer plusieurs heures et se manifester jusqu'à deux jours après l'arrêt de l'antibiotique.

L'effet antabuse contre-indique la consommation d'alcool avec plusieurs médicaments dont :

  • des antibiotiques de la famille des nitro-imidazolés : métronidazole seul (Flagyl), ou associé avec un autre antibiotique  (Birodogyl, Tergynan), secnidazole (Secnol), tinidazole (Fasigyne), ornidazole (Tiberal) ; 
  • des antibiotiques injectables de la famille des céphalosporines (céfamandole, céfazoline, moxalactam).

Attention : un seul verre de vin pris avec ces antibiotiques suffit à déclencher cet effet.

Perturbations de l'effet antibiotique

La consommation d'alcool peut perturber l'efficacité des antibiotiques :

  • Pour être efficaces les antibiotiques absorbés sont métabolisés au niveau du foie. L'alcool passe aussi par le foie pour être dégradé puis éliminé. En cas de surconsommation d’alcool ou d’alcoolisme chronique, la surcharge hépatique qui en résulte, peut entraîner un retard de transformation des antibiotiques et de leur efficacité.
  • De plus, la prise importante de boissons alcoolisées peut prolonger le séjour dans l’estomac de l'antibiotique et diminuer son effet. Par exemple, il faut être particulièrement attentifs dans le cas de l'érythromycine et les pénicillines qui sont sensibles au pH acide de l'estomac.

À noter : pour traiter une infection efficacement, les doses d'antibiotiques doivent parfois être augmentées chez les sujets alcooliques.

Antibiotique et alcool : aggravations des effets secondaires indésirables

Les antibiotiques peuvent augmenter les effets de l'alcool, et l'alcool absorbé intensifie les effets secondaires des antibiotiques :

  • Les antibiotiques, en diminuant la dégradation de l’alcool, augmentent la précocité du pique d’alcoolémie.
  • Les molécules toxiques de l'alcool arrivent rapidement au cerveau et provoquent des vertiges, des étourdissements et des maux de tête. C'est aussi un effet secondaire de certains d'antibiotiques. Un effet additif sur le système nerveux central peut se produire en cas d'association. Les antibiotiques de la famille des fluoroquinolones ou certaines cyclines, en particulier la minocycline même à faible dose, peuvent augmenter les sensations d'ébriété.  
  • L'alcool irrite l'appareil digestif en augmentant la production d'acide gastrique. Certains antibiotiques (en particulier les macrolides), associés aux boissons alcoolisées, amplifient les risques de maux d'estomac, de douleurs abdominales, de nausées et vomissements, et de diarrhées.
  • Les antibiotiques et l'alcool, qui accumulent des molécules toxiques au niveau du foie, peuvent provoquer un dysfonctionnement hépatique se traduisant par des douleurs et des malaises touchant les différents systèmes (digestif, respiratoire, cardiaque et cérébral) de l’organisme.
  • Les antibiotiques qui agissent sur les bactéries peuvent détruire rapidement la flore intestinale et l'alcool consommé renforce cet effet. Leur association peut entraîner des désordres intestinaux : coliques, ballonnements et diarrhées.

Bon à savoir : l'accumulation de produits toxiques de l'alcool dans le sang détruit aussi les globules blancs dont le rôle est de lutter contre l'infection. Il est donc préférable d'éviter la consommation d'alcool si vous avez une maladie infectieuse.

Lire l'article

Ces pros peuvent vous aider