Vertus de l'artémisinine

Sommaire

Un texte chinois du IIe siècle avant J. C. découvert dans une tombe décrit "comment faire tremper les feuilles et les branches du qing hao dans l'eau pendant une nuit, puis boire cette eau en tant que traitement contre le paludisme".

Cette plante qui intéresse de plus en plus la communauté scientifique contient un principe actif, l'"artémisinine". Utilisée traditionnellement contre la malaria, elle a révélé des vertus anti-cancéreuses très prometteuses ... Autant de bonnes raisons pour partir à sa découverte !

Artémisinine : un médicament produit par une plante

L'artémisinine est un produit naturel appartenant à la famille des alcaloïdes, issu d'une plante, ce "qing hao" chinois que nous appelons l'armoise annuelle (Artemisia annua), et dont voici quelques caractéristiques notables :

  • Originaire de Chine, qui en est le premier producteur mondial, elle est également cultivée dans d'autres régions du monde, notamment en Europe de l'ouest et dans l'est de l'Afrique.
  • Le principe actif que contient la plante se trouve dans les feuilles - très odorantes lorsqu'on les froisse -, dans les inflorescences (regroupements de petites fleurs) et, dans une moindre mesure, dans la tige.
  • En fonction des conditions de culture (nature du sol, climat...), de récolte et d'extraction, la quantité d'artémisinine obtenue varie beaucoup.

Bon à savoir : l'armoise est utilisée en herboristerie depuis deux millénaires, en décoction de feuilles. Ses vertus antipaludéennes ont été redécouvertes dans les années 1970. L'artémisinine a été isolée pour la première fois en 1972, par un scientifique de nationalité chinoise, le Pr. Zhenxing Wei.

À noter : l'armoise fait partie des espèces pouvant entraîner une allergie respiratoire par le pollen. A ce titre, les distributeurs ou vendeurs d'armoise doivent une information préalable aux acquéreurs, en faisant figurer de manière visible et lisible sur le document d'accompagnement des informations relatives au risque que ces végétaux sont susceptibles de porter à la santé humaine (arrêté du 4 septembre 2020).

Efficacité de l'artémisinine pour différentes maladies

Contre le paludisme

Le paludisme est une maladie causée par un parasite, le Plasmodium. Elle est transmise par la piqûre d'un moustique femelle infesté, qui sert d'hôte intermédiaire.

Environ la moitié de la population mondiale est exposée à cette maladie, qui cause des centaines de milliers de morts chaque année. Concernant son traitement, il faut savoir que :

  • Le traitement le plus utilisé actuellement est une association médicamenteuse comportant des produits dérivés de l'artémisinine. Elle est nommée "CTA" pour "Combinaisons Thérapeutiques à base d'Artémisinine". Elle permet de traiter la maladie lorsque les autres antipaludéens, comme la quinine, ne fonctionnent pas. Ce traitement a permis de diminuer le nombre de décès causés par la maladie.
  • L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) déconseille la prise d'artémisinine sous forme de tisanes. Les experts considèrent que l'absorption par voie orale de la substance seule, non associée à d'autres médicaments, pourrait contribuer au développement d'une résistance du parasite à la molécule.

La capacité de l'artémisinine à détruire le Plasmodium est liée à son action sur une structure particulière présente au niveau des cellules de celui-ci qui, perturbant le transport du calcium, enraye leur bon fonctionnement.

Bon à savoir : comme l'artémisinine se dissout mal dans l'eau, les chercheurs ont mis au point en laboratoire des dérivés de cette substance plus efficaces, comme l'artéméther ou l'artésunate.

Action contre la bilharziose

L'artémisinine est également efficace dans la lutte contre un ver parasite responsable d'une maladie sévissant en zone tropicale et subtropicale, qui cause de nombreux décès : la bilharziose.

Le parasite femelle pond des œufs par centaines chaque jour. Ils sont piégés dans de nombreuses muqueuses et tissus et forment des granulomes. Les symptômes sont entre autres : toux, diarrhée, douleurs abdominales, fatigue, infections, et parfois des lésions du système nerveux central.

Bon à savoir : l'administration d'un dérivé de l'artémisinine, en association avec la molécule préconisée dans ce cadre, le praziquantel, améliore le taux de guérison de la maladie.

Destruction des cellules cancéreuses

Mais les effets de l'artémisinine ne s'arrêtent pas là. Des chercheurs ont en effet pu montrer son effet sur les cellules cancéreuses, avec beaucoup moins d'effets secondaires que la chimiothérapie

Les Professeurs Henry Lai et Narendra Singh, bio-ingénieurs à l’université de Washington, ont étudié l'effet de la molécule sur des cultures in-vitro de cellules de cancer du sein, associée à du fer. Ils ont constaté :

  • la destruction de 75 % de cellules cancéreuses après 8 h de mise en contact ;
  • la mort de la quasi-totalité de celles-ci après 16 h.
  • une action ciblée car, si la substance malmène les cellules cancéreuses, elle endommage une quantité très réduite de cellules saines.

Bon à savoir : l’artémisinine est dotée d’une capacité à réagir avec le fer. Or, en cas de cancer, les cellules touchées en accumulent de grandes quantité pour assurer leur prolifération. L’artémisinine provoque la formation de radicaux libres qui altèrent les cellules cancéreuses et conduisent à leur mort.

La substance a également montré son efficacité sur des cultures d'autres cancers : leucémie, cancer des poumons, de l'intestin, des reins, de la prostate... Autant d'espoir pour des traitements à venir !

Informez-vous sur différents médicaments grâce à nos contenus :

Ces pros peuvent vous aider