Principe et cas de recours à la dialyse

Sommaire

Lorsque les reins ne fonctionnent plus, on est obligés pour survivre de débarrasser notre sang des toxines que le corps accumule chaque jour et que les reins ne peuvent plus filtrer. Pour cela, on a recours à la dialyse. Quelles sont exactement les techniques et le fonctionnement de la dialyse ?

Suivez le guide !

Fonctionnement du rein

Les reins sont situés de part et d'autre de la colonne vertébrale, à la hauteur des dernières côtes. Ils mesurent chacun 12 cm de haut, 6 cm de large et 3 cm d'épaisseur. Un rein pèse 150 g et a la forme d'un haricot.

Chaque rein est relié aux gros vaisseaux (artère aorte et veine cave inférieure) par une artère et une veine.

Le rôle du rein est de :

  • maintenir l'équilibre intérieur de l'organisme en équilibrant les entrées et les sorties de l'eau, des électrolytes (potassium, sodium, chlore, bicarbonates…), de l'azote (apporté sous forme de protides par l'alimentation et éliminé sous forme d'urée, de créatinine et d'acide urique) ;
  • d'éliminer de multiples autres substances, toxiques ou médicamenteuses par exemple via l'urine ;
  • accueillir la dernière étape de la transformation chimique de la vitamine D, essentielle pour le renforcement de nos os.

Bon à savoir : les reins reçoivent 1 litre de sang par minute (1/5ème du débit cardiaque qui est de 5 litres par minute), ce sont donc 180 litres de sang qui sont filtrés chaque jour.

Insuffisance rénale : cause de dialyse

L’insuffisance rénale chronique résulte d’une maladie touchant les deux reins, quelle que soit son origine. Elle est souvent longue à diagnostiquer car c'est une maladie qui peut évoluer de manière silencieuse jusqu'à un stade avancé.

On distingue certaines causes principales d'insuffisance rénale chronique comme :

L’insuffisance rénale est dite « chronique » (une personne sur 10 en France) quand la maladie est installée, avec une chance de réversibilité très faible. Lorsque l'insuffisance rénale chronique est dite « terminale », le patient doit avoir recours à un traitement de « suppléance » afin de remplacer le travail que les reins n'effectuent plus.

Deux options existent donc :

  • La greffe rénale : elle n'est possible que lorsque le patient est en bonne santé, sans comorbidités sérieuses et sans contre-indications médicales.
  • La dialyse : elle est quasiment systématiquement mise en place même avant une greffe, afin de débarrasser le corps des toxines que le rein n'est plus capable de filtrer.

Bon à savoir : en 2021, en France 90 000 personnes ont eu recours à un traitement de suppléance pour une insuffisance chronique terminale (dialyse ou greffe). Bien que la greffe de rein permette d’augmenter la qualité et l'espérance de vie des malade et qu’elle soit moins coûteuse pour le système de santé, seuls 60 % des malades de 20 à 64 ans sont greffés.

Différentes formes de dialyse

Hémodialyse

L'objectif de l'hémodialyse est de débarrasser le sang des impuretés et du fluide en excès qu'il contient, et de le complémenter en certains minéraux dont le taux peut être abaissé.

L’hémodialyse filtre le sang à travers un dialyseur : un rein artificiel situé dans une machine.

L'hémodialyse peut s’effectuer dans un centre de traitement ou, dans de rares cas, à domicile

Bon à savoir : dans le cadre de l'épidémie de COVID-19, en cas de suspicion d’infection, les patients dialysés ou transplantés doivent appeler systématiquement le néphrologue référent pour décider de l’hospitalisation ou définir les modalités de suivi et de traitement à domicile. Le Haut Comité de Santé Publique rappelle que ces patients présentent des risques de développer une forme grave d’infection à SARS-CoV-2.

En général elle a lieu :

  • trois fois par semaine ;
  • 3 à 4 heures par séance.

Au sein d’un service d’hémodialyse, une infirmière spécialisée prend en charge le patient et surveille sa dialyse.

Entre les séances, les déchets et l’eau continuent de s’accumuler dans l'organisme, c’est pourquoi il est essentiel de surveiller un régime alimentaire ainsi que l’apport en liquides.

Dialyse péritonéale

Contrairement à l'hémodialyse, la dialyse péritonéale s'effectue via le péritoine (l’abdomen) et non par un branchement à une veine du bras.

  • La dialyse péritonéale continue ambulatoire (DPCA) s’effectue à domicile manuellement la journée.
  • Le traitement est quotidien.
  • Après une formation, le patient participe activement à son traitement.
  • Le patient peut gérer ses séances de dialyse et les adapter à ses activités quotidiennes.

En cas de besoin, il est possible d'avoir recours à une infirmière à domicile.

Cette technique, plus adaptable à une vie professionnelle, est cependant soumise à certaines conditions physiologiques. Il est nécessaire d'en parler à son médecin pour toute question supplémentaire.

Quel type de dialyse ?

Les deux méthodes de dialyse, hémodialyse (HD) et dialyse péritonéale (DP) sont aussi efficaces l’une que l’autre mais sont largement dépendants de plusieurs paramètres : état de santé du patient, âge du patient, etc.

Choisir un mode de dialyse, c’est choisir le traitement qui s’adaptera au mieux à votre mode de vie.

Il existe un grand nombre d’approches possibles. Il est donc important d’en apprendre le plus possible et de discuter en détail de toutes les possibilités avec un néphrologue.

Bon à savoir : les personnes stressées avant leur séance de dialyse peuvent utiliser de l'huile essentielle de lavande fine en inhalation sèche (en en respirant dans un mouchoir) ou en diffusion atmosphérique. Une étude a en effet montré une amélioration significative de la sensation de stress liée à une hémodialyse en plaçant quelques gouttes sur un support poreux à une vingtaine de centimètres de l'oreiller une demi-heure avant le coucher.

Pour approfondir le sujet :

  • Focus sur le diabète qui est responsable d’une atteinte des petits vaisseaux du rein pouvant conduire à une insuffisance rénale chronique nécessitant des dialyses. 
  • La demi-torsion est l’une des meilleures postures du Hatha-yoga, notamment pour les reins, grands bénéficiaires de cette pose. 
  • Mettez du curcuma dans votre assiette. Cette épice lutte efficacement contre les complications rénales.

Ces pros peuvent vous aider